Nico  📝

SebL ✅

Le mat de la dame selon Babacar

Dans ce cours, tu vas tout simplement apprendre à mater avec une dame et un roi contre un roi isolé. C'est le mat le plus simple, mais il renferme quelques pièges à connaître. La méthode qu'on va préconiser ici est la plus basique, celle qu'on peut appliquer quasiment les yeux fermés, presque "sans réfléchir". Au piano, on appellerait ça "faire ses gammes".

D'innombrables ouvrages pour débutants et sites web présentent ce mat, mais tous partent d'un exemple de position, et expliquent comment mater. En pratique, tu ne vas jamais partir précisément de cette position, et du coup, la méthode présentée sera bien souvent inapplicable. La particularité de la méthode qu'on va t'expliquer ici est qu'elle permet de traiter toutes les situations de départ.

Le titre de ce cours t'a probablement interpellé, il s'agit simplement d'un moyen 1 pour te rappeler les étapes. Dis-toi que cette méthode t'a été expliquée par ton pote Babacar, et retiens qu'elle est composée de 4 étapes, chacune étant symbolisée par un morceau de Ba-Ba-Ca-R.

On a une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle. La bonne, c'est que tu ne peux pas perdre cette partie. En effet, si le drapeau de ta pendule tombe, ou si tu fais plusieurs coups illégaux, la partie est nulle puisque ton adversaire n'a pas la possibilité de te mater avec un roi tout seul, et les règles disent qu'il ne peut donc pas s'en sortir avec une victoire. La mauvaise nouvelle, c'est que si tu joues mal, tu peux faire partie nulle, alors que tu dois évidemment gagner cette finale.

Avant d'expliquer chaque étape de la méthode BaBaCaR, on doit regarder un exemple de position finale, où le roi isolé se fait mater. Connaître l'endroit où on veut arriver est nécessaire pour trouver le chemin qui y mène. Dans le diagramme de droite, les Noirs ont le trait, leur roi est sur une bande, c'est en effet le seul endroit où le roi noir peut se faire mater. Dans notre exemple le roi est sur la colonne h, mais on aurait aussi pu envisager un mat sur la colonne a, ou la 1ère rangée ou la 8ème rangée. La dame blanche est sur la colonne g, elle coince le roi sur la bande, et l'empêche de s'approcher du centre de l'échiquier, même si le roi blanc était ailleurs. La dame crée une barrière infranchissable. Le roi blanc est juste de l'autre coté de la barrière, en opposition du roi adverse, et contrôle les cases g4, g5 et g6 . Si c'était aux Blancs de jouer, ils auraient 4 possibilités de mater. Soit un baiser de la mort 2 en jouant Dg5≠, soit un mat du couloir 3 avec Dh1≠, par exemple (Dh2≠ ou Dh3≠ marchent aussi).

Mais c'est aux Noirs de jouer, et ils n'ont que deux coups possibles : soit descendre en h4, soit remonter en h6. Si les Noirs jouent Rh4, les Blancs matent par un baiser de la mort en g4. Si les Noirs jouent Rh6, les Blancs matent par un baiser de la mort en g6. C'est la raison pour laquelle les Blancs ont intérêt de se mettre en opposition de l'autre côté de la barrière, ça permet un baiser de la mort dans tous les cas au coup suivant.

Voyons maintenant comment arriver à cette position (ou à une position similaire où le roi est poussé sur une bande quelconque) quelle que soit la position initiale.

Ba comme Bande de la mort

La première étape consiste à déterminer sur quelle bande le roi isolé va se faire mater, on l'appellera bande de la mort. On va prendre ici l'exemple de droite, où tu as les Blancs et le trait, et on va vite prendre d'autres exemples, en guise d'exercices, pour bien illustrer le fait qu'il faut envisager plein de positions différentes.

Tu va imaginer un instant que ton roi est un archer, et il tire une flèche en direction du roi adverse, juste au-dessus de sa couronne, histoire de lui donner des frissons. La flèche survole donc le roi adverse puis sort de l'échiquier. L'endroit où ta flèche sort de l'échiquier indiquera la bande de la mort. Dans notre exemple, il s'agit de la colonne h.


Au cas où ce ne serait pas hyper clair, on t'explique ça par un petit schéma. La flèche part de ton roi, survole le roi noir, et touche le bord droit de l'échiquier. La bande qui correspond à ce bord est la bande coloriée en jaune, c'est la bien la colonne h.

Tu auras remarqué que pour trouver la bande de la mort, on se fiche de l'endroit où est ta dame. Tu peux aussi te demander pourquoi déterminer avec cette méthode bizarre la bande de la mort, la raison deviendra évidente un peu plus tard.

Histoire de bien t'entraîner au tir à l'arc, on va prendre 3 autres exemples, trouve pour chacun quelle sera la bande de la mort.

Dans les exercices 1 et 3, tu as les Noirs, l'échiquier est donc retourné, la première rangée est en haut.

Solutions. Dans l'exercice de gauche, la flèche sort sur le haut de l'échiquier, la bande de la mort est donc la 1ère rangée. Dans l'exercice du milieu, la flèche sort sur le bord du bas, donc encore la 1ère rangée. Dans l'exercice de droite, tu as de retour les Noirs, la flèche sort sur le bord de gauche, la colonne h.

Si tu as un esprit taquin, tu nous diras que quand les rois sont tous les deux sur une grande diagonale, la flèche sort sur un coin, et on ne peut alors pas déterminer une bande précise. C'est vrai. Dans ce cas, tu peux choisir celle que tu veux.

Ba comme Barrière

Là encore, si tu es taquin, tu nous diras "Faudrait savoir ! Ba, c'est pour Bande de la mort ou c'est pour Barrière ?!" Les deux, en fait ! Si tu inverses, tu vas vite t'en rendre compte parce que l'un dépend de l'autre. Tu ne peux pas poser ta barrière si tu n'a pas choisi la bande de la mort. La confusion serait donc vite levée si tu inversais. Et puis, on t'avait prévenu, cette méthode s'exécute presque sans réfléchir 😉

La deuxième étape consiste donc à imaginer une barrière qui empêchera le roi adverse de s'éloigner de la bande de la mort. Dans notre exemple, s'éloigner, c'est aller vers la gauche. Cette barrière va donc être parallèle à la bande de la mort, et située juste de l'autre côté du roi adverse, par rapport à la bande de la mort. Si tu as de la difficulté à placer cette barrière, imagine la bande de la mort qui glisse latéralement jusqu'à ce qu'elle "saute" le roi adverse. Ici, notre barrière est la colonne d.

Une fois la position de la barrière identifiée, tu vas bien entendu y placer ta dame. Dans notre exemple, deux cases peuvent être atteintes en un seul coup : d8 et d5. La case d5 est repérée par un point rouge, ta dame y serait attaquée sans être protégée. Tu vas donc mettre ta dame sur la barrière en d8, là où il y a un point vert. Le roi isolé a plutôt intérêt à rester près du centre, on va donc supposer que les Noirs jouent 2. Re4 et on passe à la 3ème étape.

Si les Noirs te faisaient le cadeau de jouer leur roi sur la colonne f, tu mettrais immédiatement ta barrière sur la colonne e.

Ca comme cavalier

On est maintenant dans la situation où le roi noir est bloqué dans un enclos rectangulaire. Dans notre exemple, si on ne compte pas les 4 cases contrôlées par la dame en diagonale, l'enclos compte 28 cases (4 colonnes x 7 rangées). Tu vas maintenant manœuvrer avec ta dame pour réduire la taille de cet enclos, jusqu'à ce que le roi soit obligé d'aller se coincer sur la bande de la mort.

Remarque que ton propre roi n'est pas dans cet enclos, ce qui gênerait l'application de la méthode qui suit. Ce n'est pas un hasard, le coup de l'archer expliqué plus haut est conçu pour éviter cette gêne.

C'est quoi cette histoire de cavalier ?

La position du cavalier, c'est simplement celle, sur la barrière, où le roi serait en échec si la dame était un cavalier. Si ce n'est pas clair, glisse ta dame sur la barrière, et arrête-toi sur chaque case, transforme-la en cavalier dans ta tête, et vois si ce cavalier ferait échec.

Concrètement, dans notre exemple, il y a deux cases où la dame peut se mettre en position du cavalier : d2 et d6, marquées d'un point vert.

Tu vas mettre ta dame sur l'une de ces deux cases, celle que tu préfères. Si tu joues Dd6, tu enfermes le roi dans un nouvel enclos qui compte 20 cases. Si tu joues Dd2, le nouvel enclos compte 24 cases, c'est donc préférable de jouer en d6, mais franchement, on est pas à un coup près. L'objectif de la méthode n'est pas d'aller rapidement au but, c'est d'y aller simplement.

Imaginons que tu joues Dd6. Au passage, tu remarqueras que pour l'instant, tu n'as pas fait échec au roi. C'est normal et c'est très bien.

Essaie de garder en tête l'anecdote du fermier qui court après une poule pour l'attraper. S'il court droit vers la poule, elle s'enfuira rapidement parce qu'elle est plus agile. En revanche, s'il manœuvre finement, il parviendra à repousser la poule dans un coin de l'enclos où il sera possible de l'attraper. Pour mater simplement avec une dame, c'est le même principe. Tu n'arriveras à rien si tu fais sans cesse échec au roi. Il faut au contraire manœuvrer finement comme le ferait le fermier avec sa poule.

Donc, ta dame est en position du cavalier, le trait est à ton adversaire, et il a 3 possibilités, symbolisées ici par des flèches de couleurs différentes. Tu vas simplement imiter le mouvement du roi, ce qu'on symbolise ici par une flèche partant de ton roi avec la même couleur que la flèche de la dame. Par exemple, si les Noirs jouent Re3, tu joues Dd5. Ainsi, tu resteras toujours en position du cavalier, et ceci jusqu'à ce que le roi noir finisse par aller sur la bande de la mort.

Si ça t'amuse, fais quelques exemples de mouvement, tu verras que la taille de l'enclos se réduit à chaque coup.

Note au passage qu'un cavalier change de couleur de case à chaque coup, et donc, ta dame est toujours sur une case de couleur différente de celle du roi qu'elle pourchasse.

Attention, quand on t'a dit que cette méthode s'exécutait presque sans réfléchir, c'est qu'il y a quand même quelques feintes à connaître. Ta petite danse de mouvement-qui-copie-le-roi peut se heurter à 3 situations : une opportunité, une contrariété, et un grand danger.

Une opportunité

L'opportunité, c'est si le roi noir va sur une bande qui n'est pas la bande de la mort. Dans notre exemple, ça arriverait après la séquence 2... Re3 3. Dd5 Re2 4. Dd4 Re1 par exemple, qui mènerait à cette position. Si ça peut te rassurer, aucun problème, tu peux continuer à jouer en imitation 5. Dd3, et le roi serait alors obligé d'aller sur la colonne f, se rapprochant ainsi de la bande de la mort. Mais comme dit le proverbe : "il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis". Ton objectif était initialement de pousser le roi noir sur la bande de la mort qui est la colonne h. Mais ici, tu peux tout à fait changer d'avis, considérer que la bande de la mort est maintenant la 1ère rangée, et puisque le roi noir vient de s'y mettre, tu peux jouer 3. Db2 et considérer que tu as rempli ton objectif de l'étape 3. Mais encore une fois, tu n'est pas obligé.

Une contrariété

La contrariété survient si le mouvement d'imitation n'était plus possible, par exemple après 2... Rf5 3. De7 Rg6 4. Df8 Rh7. Là, c'est frustrant : le roi a atteint la bande de la mort, mais tu ne peux pas jouer ta dame sur la barrière de la colonne g, en position du cavalier. C'est ici qu'il faut connaître l'astuce. Ta dame était plus haut que le roi, ce qui avait naturellement tendance à pousser le roi vers le bas, mais ce roi a trouvé le chemin pour contrarier tes plans. Tu vas donc changer de plan, et mettre ta dame sous le roi pour le pousser vers le haut. Ce changement de plan nécessite deux coups précis : d'abord, laisser ta dame sur la même colonne (ou la même rangée, si la bande de la mort est la rangée 1 ou 8) et prendre l'autre position de cavalier. Ici, ça consiste à jouer 5. Df6. Là, le roi pourra en effet s'éloigner momentanément de la bande de la mort en jouant 5... Rg8. Pas de panique, tu joues un coup d'attente avec ton roi (tant qu'à faire, en le rapprochant) par exemple 6. Rc5. Maintenant, le roi sera obligé de retourner vers la bande de la mort (6... Rh7) et tu peux enfin coincer le roi sur cette fameuse bande de la mort.

Le schéma ci-contre montre la position à laquelle on arrive après les mouvements cités plus haut. La dame vient de jouer 7. Dg5 et c'est aux Noirs de jouer, ils n'ont qu'un seul coup autorisé : 7. ... Rh8. Et c'est tout à fait le moment pour illustrer le grand danger !









Le grand danger

On voit ici qu'il ne faut pas imiter le mouvement du roi indéfiniment. Une fois que l'objectif est atteint, c'est-à-dire une fois que le roi est sur la bande de la mort, on passe à la phase suivant. En effet, quand le roi va dans le coin, la position du cavalier (si tu joues ici 8. Dg6) conduit au pat. Le roi n'a en effet plus de cases où aller, et il n'est pas en échec. C'est partie nulle parce qu'en jouant Dd6, tu empêches ton adversaire de jouer. Ça serait quand même dommage de terminer sur une partie nulle quand tu es à 5 coups de la victoire !






Cette situation serait également arrivée, depuis la position de départ, si le roi noir s'était rué vers le coin : 2... Rf3 3. De5 Rg2 4. Df4 Rh1. Dans ce cas, jouer mécaniquement 5. Dg3, pour imiter le mouvement du roi serait une grave erreur, puisque tu ne laisserais pas une case de libre pour le prochain mouvement du roi noir. Il faut ici jouer 3. Dg4 (ou Dg5), pour éviter le pat, et passer à l'étape suivante.

On peut maintenant compléter la méthode Ca : une fois que tu as mis ta dame en position du cavalier, tu copies le mouvement du roi, pour rester en position du cavalier, sauf si le roi va dans un coin.

On peut voir maintenant la manœuvre finale, et c'est très certainement la plus simple !

R comme Ramène ton roi !

Voilà, le roi adverse est sur la bande de la mort. C'est peut-être celle que tu avais choisie au départ, ou une autre, si ton adversaire t'a offert l'opportunité de gagner du temps. On peut prendre plusieurs exemples, prenons celui cité en dernier, où le roi s'était rué vers le coin h1 en espérant que tu te fasses piéger. D'ailleurs, c'est une bonne tactique ! Penses-y le jour où c'est toi qui a ton roi isolé face à une dame ! Mais tu connais le piège, et tu as joué par exemple, 3. Dg5. La position est donc celle-ci.

La dame a coincé le roi sur la bande de la mort, en prenant soin de lui laisser au moins deux cases pour "respirer". Ici, il y en a 3. La dame a fini son boulot, c'est au roi d'agir. Il va donc se Ramener en face du roi noir, pour revenir à la situation qu'on a décrite dès le début.

Par exemple, après 3... Rh2 4. Rc5 Rh3 5. Rd4 Rh2 4. Re3 Rh3 5. Rf3 Rh2, on arrive à ce diagramme où tu vois bien (on espère !) que tu peux mater avec un baiser de la mort 6. Dg2≠.

Le clou du spectacle ! L'explication était un peu longue, mais il s'est passé seulement 7 ou 8 coups depuis la position initiale. Il faut bien réfléchir au début, puis dérouler.


Le caillou dans la chaussure

La méthode qu'on vient d'expliquer marche à tous les coups, mais il y a quand même deux types de situations qui nécessitent un petit coup d'attente pour poursuivre la manœuvre, voyons ça avec deux exemples, qui feront aussi figure d'exercice.

Dans ce premier exemple, tu as le trait. Tu tires la flèche et tu détermines que la rangée 1 sera la bande de la mort. Du coup, ta première barrière est la rangée 4. Problème : les deux cases où ta dame pourrait aller sur cette barrière sont inaccessibles. c4, pas possible puisque ton roi barre la route. g4, pas trop conseillé puisque ta dame serait en prise, sans être protégée.

Dans ce cas, pas de panique. Puisqu'il faudra bien à un moment Ramener le roi, commence par jouer un coup de roi vers le centre : 1. Rf6. Alors, OK, le roi noir va pouvoir s'éloigner de la bande de la mort, en jouant 1...Rf4 ou 1...Re4. Ta barrière deviendra alors la 5ème rangée. Et au prochain coup, tu pourras jouer 2. Dg5 ou 2. Dd5 selon que le roi est allé en e4 ou en f4.

Bien sûr, plutôt que de jouer un coup de roi, il y a d'autres options, par exemple :

Toutes ces méthodes sont correctes, du moment que tu sais tu vas, et comment tu y vas.

Le deuxième exemple concerne le cas où tu voudrais te mettre en position du cavalier, mais que tu y es déjà ! Prenons ce diagramme où tu as le trait. Tu tires la flèche et tu détermines que la rangée 1 sera la bande de la mort. Du coup, ta première barrière est la rangée 4. Tu joues donc 1. De4. Le roi noir a intérêt à s'éloigner des bords : 1... Rg3. Là, ta dame est en position du cavalier, et il n'y a pas d'autre position de cavalier sur cette barrière. Comme pour le cas précédent, pas de panique, tu anticipes un coup de la phase Ramène ton roi et tu joues 2. Rg7 par exemple. Le trait est aux Noirs, tu peux reprendre tranquillement ta danse du cavalier jusqu'à ce que le roi se mette sur la bande de la mort.

 

Entraîne-toi !

Si tu as un partenaire pour t'entraîner à ce mat, c'est parfait. Prends des positions au hasard, et demande à ton partenaire de bouger le roi en essayant de ne pas te faciliter la tâche, typiquement en essayant de ramener le roi au centre, ou en cherchant les difficultés qu'on a évoquées plus haut (contrariété et roi dans le coin). Dans le cas contraire, voilà comment procéder pour t'entraîner tout seul grâce à internet.

Commence par imaginer une position quelconque avec une dame et deux rois. Dans les exemples qu'on a pris, on a choisi une dame blanche pour se mettre côté blanc, et avoir l'échiquier "à l'endroit", ce qui est plus facile quand on débute. Pour changer, tu peux mettre une dame noire. Une fois ta position de départ déterminée,

  1. Va sur lichess.org, ce n'est pas utile de t'enregistrer, tu peux t'entraîner anonymement
  2. Choisis l'option Outils / Éditeur de position et clique sur VIDER L'ÉCHIQUIER.
  3. Reproduis la position de départ que tu as imaginée.
  4. Si tu as mis une dame noire, pour t'entraîner avec les Noirs, choisis Trait aux Noirs dans la boîte à option
  5. Clique sur CONTINUER DEPUIS CETTE POSITION puis JOUER CONTRE L'ORDINATEUR
  6. Choisis le niveau 3 puis clique sur le roi blanc
  7. C'est parti ! Mate avec la méthode que tu viens d'apprendre !

On t'a mis ci-dessous quelques positions sur lesquelles tu as juste à cliquer. Sur les positions avec dame noire, tu peux cliquer sur TOURNER l'ÉCHIQUIER si tu veux, il faudra alors cliquer sur le roi noir avant de démarrer. Sur la dernière position, il n'y a pas de dame, tu dois d'abord la mériter !


1 On appelle ça un moyen mnémotechnique.

2 C'est le nom du mat où la dame vient embrasser le roi adverse, coincé sur une bande, tout en étant protégé par une un pièce. Dans l'exemple, il s'agit du roi, mais ça peut être n'importe quelle pièce ou un pion.

3 Le mat du couloir typique, c'est quand le roi est coincé dans un couloir formé par ses propres pions, mais le roi noir dans notre exemple contrôle les 3 cases de fuite de la colonne g, qui ne sont plus contrôlées par la dame quand elle vient mater sur la colonne h. Le roi est donc bien coincé dans un couloir.