Assure tes finales de pions grâce à l'opposition

Cette leçon porte sur les finales Roi+pion contre Roi seul. L’objectif est de t'apprendre à te servir de la technique de l'opposition pour gagner quand tu as un pion de plus, ou d'annuler quand tu as un pion de moins. Malheureusement, avoir un pion de plus ne suffit pas toujours pour gagner. Il y a des cas où une bonne défense permet d'annuler pour le camp en infériorité (celui qui a un pion de moins). Mais il y des cas où la finale est gagnante uniquement si le camp en supériorité (celui qui a le pion de plus) peut prendre l'opposition et sait s'en servir correctement.

Avant d'utiliser une 3ème fois le terme opposition, il serait temps d'en donner une définition. L'opposition, c'est tout simplement quand les rois sont face à face, espacés d'une seule case. Il existe un concept plus général de l'opposition, avec des oppositions éloignées, en diagonale, etc. mais on va s'intéresser ici à l'opposition directe, frontale, basique. Dire que les rois sont en opposition, c'est une description statique et ça n'a aucun intérêt si on ne sait pas qui a le trait. Il faut regarder l'opposition de manière dynamique, et savoir qui possède l'opposition, et qui la subit. Voyons tout ça !

Position de départ

Partons de cette position pour illustrer la situation. Disons que tu as les Blancs et que tu espères amener ton pion à promotion. Ton roi est juste devant ton pion et les rois sont en situation d'opposition. Si tu viens de jouer, par exemple Rf4-e5 et que ton adversaire a donc le trait, on dit que tu viens de prendre l'opposition, et donc que ton adversaire subit l'opposition. Dans ce cas, tu dois gagner, on verra comment.

À l'inverse, si c'est ton adversaire qui vient de jouer, il vient de prendre l'opposition et tu ne peux pas gagner s'il joue correctement. Si on inverse les couleurs, et que tu as les Noirs, cette leçon t'apprendra à te servir de l'opposition pour annuler malgré le pion de moins.

On va donc voir ces deux cas en détail. Il y a deux façons d'analyser cette position de départ.

Pour t'entraîner à exploiter correctement l'opposition, on va utiliser la deuxième option. On va voir ce que tu peux faire en tant qu'attaquant, avec le pion de plus, et l'opposition. Puis on retournera l'échiquier et tu verras comment, en tant que défenseur avec un pion de moins, tu peux annuler grâce à l'opposition.

Cas n°1 - L'attaquant a l'opposition

Garde à l'esprit que dans cette position, ton objectif est d'amener ton roi sur la case c7 ou la case e7 qui sont les cases magiques. Quand ton roi est sur l'une de ces cases, il protège le pion et contrôle la case de promotion, il suffit alors d'avancer ton pion jusqu'en d8, tu fais dame, et tu gagnes.

On remet le schéma initial sur la droite pour faciliter la lecture. Le trait est aux Noirs, donc, puisque tu viens de prendre l'opposition. Il est peu probable que les Noirs jouent le coup bizarre 1...Rf7, ou pire 1... Rf8. S'ils le font, alors tu joues simplement 2.Rd6, et rien ne t'empêche alors de jouer 3.Rc7 au coup suivant, ce qui met ton roi sur une case magique, le tour est joué. Il est également peu probable que les Noirs reculent immédiatement sur l'une des cases d8, e8. Mais considérons quand même ce cas car il est très intéressant, puisqu'il montre la situation que tu finiras par atteindre. Imaginons qu'ils jouent 1... Rd8. Dans ce cas, tu conserves l'opposition en jouant 2. Rd6.





On arrive alors dans une position où tout l'intérêt de l'opposition se révèle. Le roi noir ne peut plus reculer, et doit bouger à droite ou à gauche. Soit il va à droite, en e8, et tu mets ton roi sur la case magique c7. Soit il va à gauche, en c8, et tu mets évidemment ton roi sur la case magique e7. C'est la technique du débordement. Quand ton roi est sur la même colonne que ton pion, L'opposition te permet d'avancer par débordement.

Envisageons maintenant le dernier cas, le plus probable, celui où les Noirs ne reculent pas immédiatement, mais jouent 1... Rd7. Dans ce cas, encore une fois, tu conserves l'opposition en jouant 2. Rd5. À partir de là, deux options.

Première option : les Noirs reculent sur la 8ème rangée, et tu joues un coup qui conserve l'opposition. Et quand les Noirs seront en d8, et que tu auras l'opposition en d6, on sera sur le schéma qu'on vient de voir, où tu pourras avancer en débordant ton adversaire et atteindre une case magique.

Deuxième option : les Noirs partent d'un côté, et tu avances de l'autre (par exemple 2... Rc7 3. Re6). On peut penser que tu as perdu l'opposition, ce qui est vrai, mais l'objectif, c'est d'avancer. Et tu viens d'avancer d'une case ! Et puis, pas de panique, on va vite arriver à la situation qui t'intéresse puisqu'au coup suivant, les Noirs doivent jouer 3... Rd8 pour t'empêcher d'aller sur la case magique e7. Et alors, tu reprends l'opposition que tu avais perdue un court instant, en jouant 4.Rd6 et on revient au schéma gagnant : si les Noirs partent à gauche, tu débordes à droite, et inversement.

Pour résumer, quand tu as l'opposition, tu la gardes jusqu'à ce que tu aies l'opposition alors que les rois sont sur la même colonne que ton pion, et alors,

Si les rois ne sont pas sur la même colonne, et que ton adversaire joue son roi sur une colonne encore plus éloignée du pion, tu avances simplement sur la colonne de ton pion.

Ce qui est intéressant de remarquer, c'est que dans les cas qu'on a vus, tu peux gagner parce que tu prends l'opposition, et que tu peux la garder ! Si tu peux la garder, c'est parce que ton pion ne gêne pas le mouvement du roi. Et si le pion ne gêne pas, c'est parce qu'il est derrière le roi. Dans le cas n°2, qu'on va traiter maintenant, tu verras que si le pion empêche de garder l'opposition, c'est partie nulle.

Cas n°2 - Le défenseur a l'opposition

Voilà, l'échiquier est retourné, tu as un pion de moins, tu viens de jouer 1... Re7 pour prendre l'opposition. Ton adversaire cherche à atteindre une case magique pour promouvoir son pion. Il a 3 options :

  1. Les Blancs restent devant leur pion (2.Rd5)
  2. Les Blancs reculent (2.Re4)
  3. Les Blancs avancent leur pion (2.d5)

On va analyser chaque option en détail et tu vas apprendre à réagir correctement dans chaque cas.

Les Blancs restent devant leur pion (2.Rd5)

Tu ne seras pas surpris si on te dit que tu joues 2... Rd7 pour garder l'opposition. À partir de là, les Blancs comprennent vite qu'ils n'iront pas bien loin, car à chaque fois qu'il joueront leur roi sans reculer, tu pourras garder l'opposition, et les empêcher de te déborder.

Les Blancs reculent (2.Re4)

Ici, tu peux jouer 2... Re6 et garder l'opposition, ou tu peux jouer 2... Rd6. Les deux coups sont bons. Evidemment, il ne faut surtout pas jouer 2... Rd7 car les Blancs prendraient l'opposition avec 3. Rd5! et tu perdrais la partie.

Parmi les deux coups acceptables, on va préférer 2... Rd6 parce qu'ils nous amène à la même situation que si les Blancs avancent leur pion, mais avec toutes les pièces décalées d'une case vers le haut. Du coup, c'est plus simple à retenir pour toi, et tu peux te concentrer sur le 3ème cas : les Blancs avancent le pion.

Les Blancs avancent leur pion (2.d5)

Puisque tu as l'opposition, la seule façon pour les Blancs de progresser est d'avancer leur pion. Tu te mets simplement sur la même colonne que le pion et tu joues donc 2... Rd7. Et c'est là qu'on voit tout le problème des Blancs, ils ne peuvent pas prendre l'opposition parce que leur pion l'en empêche. S'ils bougent leur roi, tu joueras 3... Rd6 quoi qu'il advienne. Et là, quoi qu'ils jouent, tu resteras devant le pion (4... Rd7). Là encore, les Blancs comprennent que la seule manière de progresser est d'avancer encore le pion. Et c'est là, une fois que le pion est sur la 6ème rangée, qu'il ne faut pas faire n'importe quoi !

 




Pour bien visualiser, on regarde la position après 2. d5 Rd7 3. d6. Tu as le trait, tu n'a pas d'autre choix que de reculer sur la 8ème rangée. Bon, c'est vrai, tu peux aller en c6, mais les Blancs joueraient alors leur roi en e6, et tu ne pourrais pas les empêcher d'aller sur la case magique e7 au coup suivant. Il faut absolument garder le contrôle de la case de promotion. Et parmi les 3 cases e8, d8 et c8, il y en a 2 où tu perds, et seulement une seule ou tu annules.

Voyons le cas où tu choisis de jouer 3... Re8. Instinctivement, ça paraît jouable puisqu'après 4. Re6 Rd8, les Blancs ne peuvent plus reprendre l'opposition et ainsi te déborder pour atteindre une case magique.




Seulement, voilà, après 5. d7, on arrive dans cette position très intéressante à analyser. Comme tu le vois, c'est le même schéma que le précédent, mais décalé d'une case. Si c'était aux Blancs de jouer, la partie serait nulle, on y reviendra juste après. Le problème, ici, le trait est aux Noirs, et tu as une seule case pour ton roi : c7, ce qui permet aux Blancs de se mettre sur la case magique e7, puis faire une promotion au coup suivant, puis mater facilement avec une dame. Un truc utile à retenir, c'est que pour les Blancs, avancer le pion sur la 7ème rangée sans faire échec, c'est synonyme de gain. Et dans notre cas (3... Re8), ça se termine avec un pion qui va sur la 7ème sans échec, ça gagne pour les Blancs.

On fera très court sur l'option 3...Rc8 puisqu'il conduit à la même séquence 4. Re6 Rd8 5. d7 (sans échec) Rc7 6. Re7 etc.

On a vu tous les cas où tu perds, le seul coup à jouer est donc le dernier cas : 3... Rd8. Pour s'en rappeler, garde à l'esprit que c'est toujours mieux d'être que la même colonne que le pion. Le seul coup raisonnable pour les Blancs est 4. Re6, tu prends naturellement l'opposition avec 4...Re8 et les Blancs n'ont que 4.d7+ pour progresser. Ici, tu joues évidemment 4... Rd8, et on se retrouve exactement sur le même schéma que précédemment, mais cette fois avec le trait aux Blancs. Parmi les 6 coups possibles pour les Blancs, il y en a 5 qui éloignent le roi du pion, que tu peux alors capturer et la partie est nulle. Le seul coup qui permet aux Blancs de continuer à protéger le pion est 4. Rd6. Seulement voilà, tu ne peux plus reculer, et le roi blanc contrôle les deux cases de fuite e7 et c7. C'est pat. Partie nulle !

Conclusion : quand l'attaquant a l'opposition, il peut déborder le défenseur pour arriver, à terme, sur une case magique. Quand l'attaquant n'a pas l'opposition, il doit, pour progresser, finir par avancer son pion, ce qui l'empêche de reprendre l'opposition, et le défenseur peut annuler en restant sur la même colonne que le pion qui avance. Voilà la règle générale pour utiliser l'opposition dans les finales roi + pion contre roi.

Attention ! Attention ! On est parti d'un cas bien particulier où le roi est juste devant le pion. Et on a montré que celui qui a l'opposition gagne ou annule selon les cas. Ça ne veut pas dire qu'on ne peut jamais gagner sans avoir l'opposition. À l'inverse, avoir l'opposition ne suffit pas toujours. La position initiale a 3 caractéristiques importantes à noter :

  1. Le roi est juste devant le pion, on l'a déjà précisé
  2. Le pion n'est pas sur une bande
  3. Le pion n'a pas atteint la 5ème rangée.

Voyons ce qui changerait dans chacun de ces cas.

1 ) Le roi est "nettement" devant le pion

Par "Nettement", on veut dire qu'il y a au moins une case entre le pion et le roi. Imaginons qu'on soit parti d'une position où le pion était une case plus reculée, c'est-à-dire qu'il y a une case libre entre ton roi et ton pion. Imaginons à nouveau que tu aies les Blancs.

Soit tu as le trait, et alors tu vois bien que tu peux prendre l'opposition (1.Rd5), et tu tu peux alors manoeuvrer comme tu viens de l'apprendre.

Soit tu n'as pas le trait, et les Noirs vont probablement prendre l'opposition (1....Re7). Mais grâce à l'espace entre ton pion et ton roi, tu peux tout à fait jouer 2.d4, arriver exactement à la même position que si ton pion était déjà en d4, et que tu venais de prendre l'opposition en jouant 2. Re5. Avoir l'opposition, c'est une situation (rois face à face, trait à l'adversaire), qui ne découle pas forcément d'un coup de roi.

En résumé, s'il y a au moins une rangée qui sépare ton roi et ton pion, peu importe que tu aies ou non l'opposition, tu pourras toujours la récupérer en jouant un coup de pion.

2 ) Le pion est sur une bande

Avoir l'opposition, ça sert à pouvoir forcer son adversaire à partir d'un côté pour le déborder de l'autre côté. Problème : si le pion est sur une bande, il n'y a qu'un seul côté pour se décaler. Du coup, impossible de déborder de l'autre côté.

Et même si le défenseur est gentil (ou taquin...) et te laisse mettre ton roi en h7, par exemple, tu ne pourras pas amener ton pion à dame sans libérer la colonne h. Dit autrement, tant que le défenseur contrôle l'unique case magique g7, tu ne pourras pas aller à promotion. Par exemple 1... Rg8 2. Rg6 Rf8 3. Rh7 Rf7 et ton roi est coincé sur la colonne h.

Dans cet exemple, avancer le pion n'aboutit à rien : 1... Rg8 2. Rg6 Rf8 3. h6 Rg8 4. h7+ Rh8 et les Blancs doivent lâcher le pion ou forcer le pat.

3 ) Le pion a atteint la 5ème rangée

Quand le pion a atteint la 5ème rangée, et que le roi est devant le pion, peu importe si l'attaquant a l'opposition ou pas. Dans cette position, où tu as les Blancs, ton adversaire va évidemment jouer 1... Re8. Mais tu peux écarter ton roi et avancer ton pion sans crainte car ton pion arrivera sur la 5ème rangée sans faire échec. Par exemple, 2. Rf6 Rf8 3. e6 Re8 4 e7 et on arrive dans une situation qu'on a déjà rencontrée avec l'échiquier retourné. Les Noirs ont le trait et doivent lâcher le contrôle de la case magique f7 en jouant 4...Rd7.

Cas particulier

Il y a un cas particulier qu'il est utile de connaître, c'est quand le pion est sur la colonne du cavalier (b ou g). Illustrons ce cas avec le diagramme qui suit.

Comme on vient de le voir, ton pion a atteint la 5ème rangée et ton roi est devant ton pion. Donc, peu importe si tu as ou non l'opposition, tu dois gagner. Mais contrairement au cas habituel, il n'y a pas deux cases magiques, il n’y a qu’une seule case magique : celle de la bande ! Voyons pourquoi.

Si tu as les Blancs et que tu joues 1.Rf6 ?, les Noirs répliquent par 1…Rh7 ! Et là, si tu joues 2. Rf7 pensant être sur une case magique, les Noirs jouent 2…Rh8, et tu ne peux pas avancer ton pion pour aller à dame à cause du pat. CQFD.

Bonne nouvelle, si jamais tu oublies cette petite règle, et que tu t’en aperçois à temps (avant d’avancer ton pion !), il n’est pas trop tard pour rattraper la sauce. Tu joues 3. Rg6 (3…Rg8 forcé et on revient à la position du diagramme), puis 4. Rh6 (c’est le coup qu’il fallait jouer dès le départ)

Soit les Noirs jouent 4… Rf8, alors le pion court à dame après 5.Rh7. Soit les Noirs jouent 4… Rh8, et après 5. g6 Rg8, 6.g7 Rf7, tu peux enfin mettre ton roi sur l’unique case magique h7.

Conclusions

On résumera toutes ces informations sous forme de règles, vues coté attaquant :

  1. Ton roi doit être devant ton pion. Si le défenseur peut t'empêcher de mettre ton roi devant ton pion, c'est nulle.
  2. Si ton pion est sur une bande, et que ton adversaire contrôle la case de promotion, c'est nulle
  3. Si ton pion est nettement devant le pion, tu pourras toujours prendre l'opposition et donc gagner
  4. Si ton pion a atteint la 5ème rangée et que ton roi est devant ton pion, tu dois gagner avec ou sans l'opposition
  5. Si ton roi est juste devant ton pion qui est sur la rangée 2, 3 ou 4, tu ne peux gagner que si tu as l'opposition

Exercices

Pour vérifier que tu as bien compris cette leçon, voici quelques exercices, où tu as le trait. Dans chaque cas, détermine l'issue normale de la partie (soit tu gagnes, soit tu annules, soit tu perds) et indique le coup le plus simple qui te permet d'assurer ta finale, quand c'est possible.

Dans le premier diagramme, tu gagnes parce que le roi noir ne peut pas t'empêcher de mettre ton roi nettement devant ton pion. Par exemple, 1. Rf3 Rg7 (si le roi noir descend sur la 6ème, tu prends l'opposition), puis 2. Rf4. et grâce à l'espace entre ton pion et ton roi, tu reprends l'opposition quand tu veux.

Dans le diagramme du milieu, c'est foutu. Les noirs vont se ruer sur la case h4, et s'ils y arrivent ils auront leur roi nettement devant le pion, et vont donc gagner. Seule solution pour les en empêcher : aller en g3. Par exemple 1. Re3 Rh6 2. Rf4 Rh5. Mais là, si tu joues 3. Rg3, les Noirs prennent l'opposition avec 3... Rg5, puis ils profitent de l'opposition pour te déborder et aller à dame. Seul espoir : qu'ils ne connaissent pas le piège du pion cavalier (voir plus haut) et que tu puisses arracher un pat d'inadvertance.

Dans le dernier cas, c'est bon, tu peux annuler, mais pas en jouant n'importe comment ! Si tu avances ton roi sur la 5ème rangée, les Blancs prennent l'opposition et gagnent. Il faut jouer 1... Re6. Soit les Blancs avancent le pion, et tu sais comment terminer sur un pat. Soit les Blancs avancent leur roi, et tu prends l'opposition. Les Blancs ayant un pion qui n'a pas atteint la 5ème rangée, et n'ayant pas une case de libre entre le roi et le pion, ton opposition bloquera leur progression.